A chacun son rythme !

Voici une lettre d’un copain de vélo, Michel Mingant, ayant bouclé le Paris-Brest-Paris en 44 heures et qui compte 7 Paris-Brest-Paris à son actif en attendant le 8e cette année 2015.

Un amoureux du Paris-Brest-Paris, Michel Mingant, réagit à un article de presse sur l’épreuve, estimant injuste que certains montrent du doigt ceux, dont il fait partie, qui mettent le turbo.

Tout d’abord, qu’est-ce que le Paris-Brest-Paris ? Ce n’est pas une course ni du pur cyclotourisme, mais plutôt un challenge ou chacun se fixe un objectif selon ses capacités physiques.

J’ai énormément de respect pour les cyclos qui souffrent afin de boucler le circuit en moins de 90 heures, ainsi que pour les bénévoles qui donnent beaucoup de leur temps et qui nous encouragent tout au long du parcours. Ce qui m’interpelle, c’est la façon de pointer du doigt, systématiquement le groupe rapide, car le Paris-Brest-Paris est une randonnée à allure libre, et je trouve tout à fait normal qu’un cycliste ayant une préparation physique bien adaptée puisse viser un temps de moins de 50 heures.

Il y a quelques temps de cela, l’Audax club Parisien organisait, en alternance avec le Paris-Brest-Paris randonneur, une version à allure règlementée de 22,500 de moyenne. Et régulée par des capitaines de route. Cette formule a été abandonnée par manque de participants, car beaucoup de cyclos préféraient gérer eux-mêmes leur périple.

Donc, j’ai envie de dire, à chacun son Paris-Brest-Paris, et le groupe le plus rapide fait partie du folklore, tout comme les vélos spéciaux, les délégations étrangères, etc. Pour en revenir aux premiers arrivants, tout n’est pas parfait évidemment, car il y a pas mal de stress du à l’importance des groupes, surtout à l’aller. Mais je peux vous affirmer qu’il règne une vraie solidarité entre cyclos qui rejoignent la Capitale, et j’ai ainsi noué de solides liens d’amitié avec beaucoup d’entre eux.

Pour conclure, je souhaite à tous ceux que cela agace d’entourer le rendez-vous de 2015 et de participer à cette grande épreuve de cyclotourisme qu’est le Paris-Brest-Paris.

Michel Mingant

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *